vendredi 20 septembre 2013

Coiffeur, je te hais. Cordialement, Bisous.



Bonjour, bonjour ! Aujourd'hui on aborde un sujet déjà de biens nombreuses fois écumés, les coiffeurs et leur incompréhension à l'égard de nos douces crinières... Let's go !

J’ai l’impression que nous autres filles, nous sommes rarement satisfaites par les prestations capillaires de nos amis les coiffeurs… En tout cas, moi, j’ai l’impression que ça fait bien longtemps que je suis sortie de là en me disant « HELL YEAH c’est CA que je voulais !».
[photos d'archive 2009]
Oui, très courts !
 
Pour la petite histoire, mes cheveux, ça fait 3 ans que je les laisse pousser après les avoir eut très courts. Ils arrivaient au milieu du dos à peu près, et comme en plus j’en ai beaucoup, ça faisait une jolie masse relativement incontrôlable… Comme il y a un an ½, voire deux je ne sais plus, j’avais coloré en roux, ils étaient devenus bicolores. OK, il paraît que c’était relativement indigeste… Soit. 
Ajoutons à cela qu’ils étaient affreusement abîmés (et pourtant ! Pas de silicone, de paraben, de sèche cheveux ou de lisseur et des shampoings/masques/soins adaptés), qu’ils n’avaient plus trop de forme et que partout on me disait « haaannn, les cheveux courts t’allaient TELLEMENT MIEUX » - au début, ça m’a juste motivée à les laisser pousser mais au bout d’un moment, on faiblit, j’ai décidé de passer le cap. Ça ne sert à rien de garder des cheveux longs si ça ne vous va pas, c’était tout du moins ce que je me disais pour me rassurer.

Coiffeur visagiste Saint Algues, me voilà !

Ils étaient quand même pas mal longs, non...?
Désolée pour la photo très mal prise !

La fille qui nous reçoit (j’étais avec une amie qui voulait elle aussi tester l’aventure) est plutôt sympa et me conseille plusieurs choses : couper d’une dizaine, voire d’une quinzaine de centimètres et de refaire une couleur pour cacher mon vieux roux. Moi qui ai toujours pensé être châtain clair, me voilà en réalité blond cendré ! Bref, jusque là c’était plutôt cool. J’avoue alors que ce qui m’embête, c’est ma mèche. Elle fait ce qu’elle veut, et je trouve vraiment qu’elle a une sale tronche… Une franche ? J’ai toujours cru qu’avec mon visage carré et mes lunettes, c’était impossible ! Mais non, car voilà qu’apparaît en grosses lettres dorées la fabuleuse solution : une frange ef-fi-lée. Bon pourquoi pas, au pire ça repousse ! Et l’autre proposition qui me trottait dans la tête, c’était un carré plongeant assez long à la Scarlett Johansonn.

Ouais, quelque chose comme ça...!
Source : plurielles.fr



Erreur. Grave erreur.
Déjà parce que, bien que très gentille, elle ne m’a absolument pas demandé la longueur du carré plongeant, que je trouve du coup trop court. On ne peut pas me demander d’accepter psychologiquement de passer de ma longueur, qui pour moi était énorme, à une coupe aussi courte (et puis même si au final je m'adapte, c'est une question de principe) ! Et une fois la première mèche de cheveux coupée, ben, je n’avais plus qu’à fermer les yeux.
Bien que pour moi, ce ne soit pas nécessaire… Mon gros problème chez le coiffeur, c’est que je dois enlever mes lunettes. Je ne vois strictement RIEN, tout est flou ! Si vous voulez voir comme un bon gros myope de derrière les fagots, c’est en réalité assez simple : louchez et fermez un œil – ou mettez la main devant. Ça pique hein ? Bref. Le coiffeur peut bien faire ce qu’il veut, pour moi, le résultat ne sera qu’une grosse masse de couleur indéfinie.

Du coup de loin, la frange, ça avait l’air sympa. Il me semblait voir mes deux grosses billes bleues, ce p’tit carré malgré tout pas si mal, et ça avait l’air plutôt sexy. Et là… là les coiffeurs ont tous la même manie, une fois les cheveux coupés. Sans me demander mon avis, ils estiment que parce que j’ai une grosse masse, il faut EFFILER. Bordel, je l’aime ma matière, sinon, j’ai l’impression de plus rien avoir sur le caillou ! Et effiler la frange eh bien, même flou, j’ai vu que c’était une grave erreur. On dirait des queues de rats pendant misérablement sur mon front (oui parce que comme j’ai un grand front faut à tout prix le cacher, d’où l’idée de la frange…). J’avais malgré tout encore un peu d’espoir. Un peu.

J'avais déjà arrangé la frange, désolée...Du coup c'est potable là.

J’ai enfilé mes lunettes et je pense que toute l’horreur du monde s’est reflétée dans mes yeux de taupe désespérée. Sérieusement, la coupe, ça va, même si je regrette beaucoup beaucoup d’avoir les cheveux longs. C’était un peu un gros rêve chez moi, mais je m’étais dis qu’après tout s’ils n’avaient aucune forme et que ça ne m’allait pas, ça ne servait à rien de courir après le fantasme ultime de la bonasse aux cheveux longs de sirène soyeux. Mais la frange… grands dieux, la frange ! 

Je n’ai malheureusement pas de photos car après être rentrée chez moi, j’ai immédiatement plongé la tête dans l’évier pour les mouiller et les sécher correctement (oui bonjour, j’habite une chambre de bonne sans douche)
Oui parce que l’autre manie inévitable des coiffeurs, c’est le BRUSHING. Je précise que je n’en veux pas, on me le fait quand même, on me sort que mes cheveux sont trop chiants ou sec (dans le sens pas assez nourris) pour être séchés normalement (et moi je fais comment grognasse à la maison ?), et avec un carré plongeant, c’était bien sûr inévitaaaable. Je sais pas, j’ai horreur de ça sur moi, j’ai l’impression qu’ils sont figés et qu’ils refusent de se mettre comme je veux. BOING, ils reprennent leur position de /@!#? comme s’ils étaient montés sur des ressors ! Puis comme j’ai de la masse, ça prend un temps fou, ça tire, c’est pas naturel parce que je ne sèche jamais mes cheveux comme ça de toute façon. Je sais que ce n’est pas le vrai résultat.

Donc j’ai essayé de mettre cette frange en mèche sur le côté, je sais que très vite ils gagneront quelques millimètres, juste ce qu’il faut pour être un peu plus gérables. Je vais ressortir les compléments alimentaires, les masques à la noix de coco et tout ces trucs qu’on peut trouver pour faire pousser ces cheveux plus vite ! Je ne cherche pas à retrouver ma longueur (je sais que j’en ai pour des années), juste pouvoir vite oublier cette affreuse frange. Et puis, avant d’attaquer le carré, la madame m’avait donné un coup de ciseaux pour enlever 20-25 cm, et c’était plutôt cool comme résultat. 

Voilà, je suis sincèrement navrée de ne pas avoir beaucoup de photos, voire même aucune de l’opération, mais je n’ai pas encore pris le réflexe d’amener l’appareil photo partout ! Si vous avez des conseils, des questions, n’hésitez pas :)

Ah et puis je cherche un coiffeur dans le sud de paris qui comprenne mes goûts, mon style, toussa. Je ne pense pas que la coupe que la coiffeuse m’ait faite soit horrible (enfin si un peu), c’est juste que ça ne me correspond pas. Pour elle les cheveux longs faisaient enfant qui se cache derrière une grosse masse et elle a proposé un truc qui soit plus adulte. Là j’avoue, j’aurais dû mettre le hola… Parce qu’avec mon visage carré, voire même osseux d’après elle, et mes lunettes, j’ai déjà une allure sévère qui me vieillit. Enfin bref, si vous avez de bonnes adresses… Pour plus tard (beaucoup plus tard), je prends note \o/

Il paraît que ça me fait une tête de mémé coincée, selon mon papa \o/

Bisous de loutre


mardi 17 septembre 2013

Carnet DIY

L'autre jour, je suis tombée sur cet cet article sur Madmoizelle.com et l'addicte des carnets que je suis a aussitôt voulu essayer... Evidemment, ça paraît très simple comme ça (et ça l'est sans doute), mais comme je suis une vraie quiche avec mes dix doigts dès qu'il faut faire du travail  manuel, ce fut un sacré parcours du combattant ! Mais au final... J'ai vaincu les traces de colles et autre pages récalcitrantes !

Le carnet enfin fini ! Petit montage montrant le recto/verso :)


Alors, je ne fais pas vous refaire le tuto, Cy l'ayant déjà fait - et très bien en plus. Mais j'avais envie de montrer un peu le résultat auquel je suis parvenu (en toute modestie, vu comment il est BANCAL, ce résultat !), et j'adorerais voir ce que vous avez fait de votre côté !

Donc, quand j'ai vu cet article, j'ai aussitôt sauté sur ma réserve de feuilles et ma collection d'images hétéroclites récoltées ici et là... J'avoue que l'aspect qui m'intéressait le plus avec ce carnet, c'était que je pouvais faire ce que je voulais avec la couverture. J'ai d'abord pensé prendre une feuille A3 assez solide et coller tout un tas d'images jusqu'à faire un patchwork, mais j'avais peur qu'en le transportant les photos finissent par se décoller... Puis j'ai retrouvé une affiche A3 avec plein de dessins colorés qui avec juste quelques collages donnerait rapidement un air "patchworkesque" :P

Mais comme j'aime bien finir avec ce qui me plaît, j'ai d'abord commencé avec le reliage des feuilles... Je ne pensais pas rencontrer tant de difficultés !

Petite agrafe de "@/?!#*
 Déjà j'ai commencé en prenant un trop gros paquet de feuilles... Je n'avais pas de punaise sous la main pour trouer mes pages, alors j'ai pris une aiguille. Et comme je n'avais pas de dé à coudre, je me suis mise à taper dessus avec un verre pour qu'ENFIN elle ne traverse le papier... Et là, l'agrafe n'a pas voulu passer. Elle ne trouvait pas son chemin dans toutes ces feuilles qui tenaient assez mal (parce que oui, Cy utilise des pinces à dessin pour maintenir ses pages mais les miennes ont disparues depuis longtemps. Les pinces crocodiles à cheveux, ça marchent moins bien !)...

Déjà on aperçoit les traces d'un terrible combat sur le papier...

J'ai donc enlevé une bonne partie des feuilles, repassé l'aiguille plein de fois et *ALLELUIA*, l'agrafe est passée - en insistant un peu. Là en photo, je vous montre la deuxième, celle qui a bien réussi une fois qu'on a compris le truc, parce qu'en vrai la première c'était un sacré carnage...

Et donc là je pense que l'étape "découper tout ce qui dépasse" que Cy réalise normalement au moment du pliage peut être déplacée au moment où l'on vient d'agrafer... Enfin moi en tout cas, j'ai eut le droit de le refaire tellement le papier débordait xD

Après ça je suis passé au collage de mes petites images - moment idyllique après m'être acharnée sur mes pauvres pages.

Mon astuce pour la colle : l'étaler avec un bout de papier légèrement cartonné, pour bien "engluer" les coins ;)
Evidemment, une fois le collage terminé, je me suis planté au moment de coller les rabats de mon patchwork sur les deux cartons devant servir de couverture... Il faut normalement laisser un jour de 5 mm entre les deux morceaux, pour bien pouvoir refermer son carnet une fois celui-ci assemblé, et j'ai à peine réussi à en laisser 2-3 x)

Sur le moment ça n'a pas posé trop de problèmes, mais quand il a fallut coller la couverture aux pages... Disons que ce problème d'espacement cumulé à mon agrafement hasardeux (oui, agrafement. Pwobwem ?), je ne pouvais pas franchement coller mes pages sans qu'il y ait un problème. J'ai collé la dernière page à ma 4ème de couverture correctement, mais après cela, impossible de coller la 1ère sans que ça foire au moment de l'ouvrir ou de le fermer. J'ai donc replié cette dernière, de façon à ce qu'elle suive la forme de la tranche de mon carnet avant de la coller à la couverture.
Je ne pense que ce soit très clair, peut être que la photo finale aidera x) En attendant, pour cacher ce désastre, j'ai recollé par dessus une autre de mes images (et là, mea culpa, je n'ai aucune idée du nom du tableau ou du personnage)...

Oui, une loutre mal dessinée !
 Voilà pour cette grande aventure ! Un jour je vous montrerais comment j'ai cousu une loutre dans des chutes de faux cuir d'un vieux sac à main.

Un grand merci à Cy pour ce chouette tutoriel, je pense réaliser d'autres carnets très vite (surtout maintenant que j'ai tout bien compris comment il fallait faire pour que le résultat ne soit pas désastreux x) !)

J'espère que cet article aura été clair et agréable à lire ! Soyez indulgents s'il vous plaît, c'est mon premier :) N'hésitez pas à me donner des conseils ou autre !

dimanche 15 septembre 2013

Qui je suis et pourquoi je blogue ?




Je m’appelle Izeult (bien sûr, c'est un pseudonyme :D) et je suis une Parisienne comme il y en a tant d’autres, de 22 ans et qui fait des études de graphisme. Les blogs-beauté, je suis tombée dedans il y a 2 ans à peu près, complètement par hasard, et ce fut une grosse, grosse révélation. Je faisais tout à l’envers, pour le peu que je faisais !

J’ai eut très vite envie de me lancer dans l’aventure, d’entamer un dialogue avec les internautes, d’écrire, de partager… Seulement, toute une foule de « mais » s’est imposée à moi : je n’aurais jamais le temps, l’envie disparaîtra vite, les lectrices se feront rares, mes idées seront nulles et je n’aurais jamais le budget pour alimenter le blog en nouveautés…Puis il y a l'image que cela renvoie, d'être une blogueuse beauté : les gens nous trouvent superficielles, incapables de parler d'autre chose que de maquillage et de vêtements... Ayant toujours été beaucoup trop influencée par le point de vu des autres, c'était quelque chose qui me faisait terriblement peur. D'ailleurs, ce blog, je n'en ai pas encore parlé autours de moi ! Je crois que j'aimerais qu'il y ait plus d'articles :)

L’envie de bloguer n’est jamais partie, j’avais des idées qui n’étaient pas forcément tournées que vers le maquillage, j’avais envie d’aller plus loin et d’explorer plein de choses différentes et nouvelles… Je me disais que si d’autres y arrivaient, pourquoi moi ? La créativité est quelque chose qui, dans mon domaine, a besoin d’être cultivé et développé chaque jour et un blog, c’est un moyen comme un autre :)
En deux ans d’errance sur le net, allant de blog en blog, j’ai beaucoup appris. Bien sûr, je suis très loin d’être devenue une spécialiste, mais je ne crois pas que ce soit ça le but d’une plate-forme… J’ai une grosse envie de cumuler toutes mes « connaissances », qu’elles soient de l’ordre du blog beauté, mode ou du graphisme et de l’art, ou de tous les autres domaines qui m’intéressent grandement pour créer quelque chose d’agréable, à lire et à voir. Un endroit hétéroclite, curieux, pour partager et apprendre des choses et autres !

C’est aussi, peut être, un moyen plus personnel d’ancrer mon quotidien dans quelque chose de plus durable et concret que mes souvenirs. Pas un journal intime, puisque l’internet est tout le contraire de l’intimité, mais une possibilité de me rappeler !

Peut être que je vais me foirer lamentablement. Peut être n’y arriverais-je pas, que mes propositions ne seront pas intéressantes ou que je ne rencontrerais aucun public…
Mais peut être que ça va marcher… ? Alors je prends le risque ;)

Pour le moment, il n’y a pas besoin d’en dire plus mais peut être que je rajouterais des informations au fur et à mesure de l’aventure.